Manger cru, moins digeste ?

manger cru digestion

Mythe #3 : Manger cru, c’est quand même moins digeste

 

C’est quelque chose que j’entends souvent. Mais vous pensez à quoi exactement quand vous dites ça ? C’est quoi le plat qui apparait dans votre imaginaire ? Ou dans votre assiette ? On va en discuter.

 


 

Arf, vous vous imaginez bien que si je vous fais un sujet là-dessus, ça va être pour infirmer ce stéréoptype qui colle à la peau de l’alimentation vivante.

Mais d’abord, qu’y a-t-il dans vos assiettes imaginaires quand j’entends cette assertion ? Une assiette de carottes râpées ? Un bol de chou ? Ou encore mieux, des pommes de terre crues ?

Disons-le tout de suite, au sujet de la pomme de terre, c’est une blague, la pomme de terre est pour moi l’exemple même du “légume” antiphysiologique, car il ne se mange pas cru, ça c’est certain !

Voici, en 7 points, pourquoi vous ne digérez pas certains aliments crus. (À part “maladie” grave, ça m’étonnerai que vous ne puissiez digérer aucun aliment végétal dans sa forme la plus brute.)

 

1/ On a tous des sensibilités à des aliments qui nous sont propres. Là, pas grand chose à dire, par exemple, j’ai un problème avec le quinoa et la patate douce (seulement cuite), mais ouf, on est sauvé, ça ne fait pas partie de l’alimentation vivante (miam la patate douce crue !). Au début, les éviter, puis les réintroduire quand ça s’améliore…

 

2/ Pourquoi ça pourrait s’améliorer ? Parce qu’en grande partie, les personnes qui disent ne pas pouvoir manger cru ont en réalité une sensibilité intestinale, voir peut-être même de l’inflammation (votre caca vous le dira). Et qu’en faisant une transition vers une mode de vie physiologique, et bien, les muqueuses intestinales se réparent, le transit de fait régulier et sain, et qu’on peut manger de plus en plus de tout (on parle toujours d’aliment bruts et crus).

 

3/ Il se passe beaucoup de choses dans les intestins. Et généralement, si vous ne digérez pas quelque chose, c’est que vous avez peut-être :

  • les intestins perméables, à cause de mauvais traitements pendant des années (le gluten prend une belle responsabilité là-dedans) ;
  • ou alors une dysbiose, c’est un déséquilibre du microbiote, il est composé principalement de bactéries, champignons et levures, s’il y en a un qui prend le pas sur les autres (et quand on prend des antibiotiques=antibactériens, c’est la fête pour les deux autres), alors il y a déséquilibre, et le tube digestif n’opère plus comme il le devrait ;
  • ou encore, les bactéries de vos intestins se développent en fonction de votre alimentation, et ces bactéries, une fois qu’elles sont-là, elles ont faim, donc elles vont demander à ce qu’on les alimente avec les mêmes choses : d’où ces fortes envies de chips ? lasagnes ? pâtisseries ? Mais elles ne veulent pas du tout de cette pomme. On est libérés de ces sensations irrépressibles avec l’alimentation physiologique.

4/ Ou alors, vous avez essayé, et ça vous donne des gaz pas possibles, des ballonnements, etc. Deux choses : soit vous avez essayé le repas de fruits, et oui, sur des années d’alimentation longue à digérer, qui stagne dans les intestins, qui colle (gluten=glue), les fruits par-dessus tout ça vont fermenter. Fermentation sucrée = gaz. D’ailleurs, en alternant repas végétal cuit à base de céréales et légumineuses, et repas crus de fruits, ça ne s’arrêtera jamais. Autre option, vous avez fait une salade hyper complexe avec des tas d’ingrédients, en mélangeant des oranges, des carottes râpées, des amandes, des lentilles germées, des fruits secs, avec une sauce à base d’huile… Alors là, je vous renvoie vers la fiche sur les combinaisons alimentaires, et on en parle plus, ok ? 😀

 

5/ Vous voyez peut-être où je veux en venir, l’alimentation vivante, j’en suis convaincue, est l’alimentation normale de notre espèce. Je pourrais vous parler pendant des heures de mon histoire, peut-être que je le ferais un jour, ça vous intéresse, d’ailleurs, des témoignagnes ? Bref, je disais donc, qu’il n’y a pas d’alternative, manger végétal (à 90%) et cru est le régime de l’espèce humaine. Et non, nous n’avons pas évolué, je dirais même plutôt que sur ce sujet, on a involué, car si cuire des aliments, c’est nous permettre de manger des choses qu’on ne pourrait pas consommer crues dans la nature (les céréales sont faites pour les granivores = les oiseaux !), ou manger des choses que la nature ne pourra jamais nous offrir tel quel (qui a dit “j’ai déjà vu un arbre à chips ?”), alors, merci mais non merci, je préfère passer mon chemin. La seule chose qui évolue, c’est notre microbiote, pas notre génétique, mais il peut se rééquilibrer en seulement quelques jours… Et oui, la crusine n’est pas 100% brute car on retravaille des aliments, mais tout reste cru, à base d’aliments bruts, et la crusine n’est pas le quotidien, mais des petits plaisir de temps en temps qui nous permettent une intégration avec la société !

 

6/ La médécine chinoise vous a dit de ne pas manger cru. Scrogneugneu. Cet aspect de la médécine chinoise a été mal interprété. En vulgarisé, on dit que les types Yin (=froids) doivent manger Yang (=chaud). C’est faux et archifaux ! Crotte de bique. La médecine chinoise dit de manger des aliments non refroidissants, des aliments réchauffants (d’ailleurs on en parle au cours du prochain atelier sur la crusine d’hiver !), et ça ne veut pas dire manger cuit, mais plutôt que la médécine chinoise reconnait qu’il y a des types d’aliments à favoriser qui réchauffent et d’autres qui refroidissent. Et ça n’est pas à vie ! Je pense qu’il y a quelques années, je devais être très Yin, mais maintenant je me sens équilibrée… Alors, qui êtes vous pour vous laisser déterminer par un diagnostique extérieur ? Vous seul.e savez ce dont vous avez besoin.

 

7/ Vous avez une “maladie” inflammatoire du tube digestif. En fait, tout ce qu’on a dit plus tôt sur en 2/ s’applique de la même façon. Mais, vous avez quoi d’autre comme solution ? Manger des pommes de terres toute la vie ? Vous faire opérer ? Ou peut-être que vous avez des allergies alimentaires ? Alors, vous allez sagement éviter cet aliment toute votre vie ? C’est pas de la guérison. Ce ne sont pas des solutions. On va en reparler des solutions.

 

Donc, en transitionnant vers l’alimentation vivante, vous allez rééquilibrer votre microbiote, réparer vos organes digestifs, réduire l’inflammation chronique, et au fur et à mesure, ça va se remettre en ordre. Ça n’est pas vous qui ne digérez pas le cru, c’est le cru qui ne vous digère pas. Ahaha.

 

Pour ne pas faire trop long, je vais m’arrêter-là pour aujourd’hui, mais je serais heureuse d’avoir vos retours sur cet article un peu enflammé, mais pour la bonne cause, et je vous ferais un topo la prochaine fois sur les solutions : comment diable se mettre à manger cru sans écueils digestifs ?

 

Je lis tous les jours des études sur le sujet, j’écoute des podcasts de spécialistes, des livres de docteurs reconnus… Je ne cite pas mes sources, bien qu’il y en ai des tas, mais je vous parle depuis mon expérience, mes recherches, mes lectures, l’expérience de mes proches, mais je vous en prie, allez vérifier, on en rediscutera avec plaisir autour d’un bon jus !

Voir aussi :

Publié par

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.