Manger cru, où quand les carottes nous râpent…

manger cru

Ruse #8 : Manger cru, où quand les carottes nous râpent…

 

Suite de l’épisode où l’on parlait de la difficulté de manger cru… ou plutôt comment notre tube digestif est abîmé par des années de nourriture non appropriée ! On va voir aujourd’hui quelles sont les solutions pour se mettre à l’alimentation vivante, tout en douceur !

 


 

Quand on a du mal à digérer le cru, vous l’avez compris, c’est qu’il y a des dysfonctionnements du tube digestif, qui s’est installé avec les années, que ce soit une inflammation, un virus, une bactérie, une dysbiose, une allergie, etc. Tous ces symptômes correspondent à un état de déséquilibre du corps. Le corps, lui, tend à aller en permanence vers l’équilibre, c’est ce qu’on appelle la loi de l’homéostasie. Mais des années de vie non physiologique, avec pour certains un héritage génétique moins solide, malmène le tube digestif (mais pas que, attention ! Le corps est une totalité, d’autres systèmes sont toujours affectés !).

 

Du coup, bah, les carottes, c’est elles qui nous râpent… Aussi bonnes soient-elles. Comment faire quand on veut manger (plus de) cru mais que ça ne passe pas ?

 

  1. On fait danser les extracteurs ! Les jus de légumes sont la voie royale pour commencer l’alimentation vivante. En retirant les fibres insolubles, les fibres dures, la cellulose, on ne demande presque aucun travail de digestion, et en plus si vous vous souvenez de l’épisode sur l’équilibre acido-basique, il se passe un tas d’autres phénomènes hautement nécessaires après des années en carence de micronutriments. On a rien à retirer de son alimentation, juste ajouter des jus de légumes. C’est tout simplement la meilleure option pour commencer. Et on met l’accent sur les jus verts, dont la chlorophylle est réputée pour nettoyer en douceur les intestins !
  2. On mange les légumes pour l’instant indigestes cuits. Souvent les légumes très durs, notamment les légumes racines, ou les choux avec leurs composés soufrés, donnent des difficultés à plus d’un. Avec la cuisson, les fibres sont alors transformées et plus digestes. Pour le moment. On les fera doucement cuire à la vapeur
  3. … ou on peut les lactofermenter ! (D’ailleurs l’atelier sur les fermentations est reprogrammé le 16 février, dépêchez-vous !) Sous l’action de la lactofermentation, les fibres sont prédigérées, les rendant bien plus digestes, et puis on avale une belle quantité de probiotiques pour reconstruire sa flore intestinale, c’est pas génial ?
  4. On se concentre au début sur les légumes qui passent le mieux, notamment les légumes-fruits : courgettes, concombre, courges, poivrons, tomates ; les légumes feuilles : salades diverses, épinards, blettes, fanes, etc ; et surtout, sur les fruits ! On fait des repas avec pas trop d’ingrédients, des combinaisons simples, au début, on aura sûrement des gaz, mais ça passe très vite, et c’est signe que ça nettoie !
  5. On peut penser aux smoothies aussi, car en étant très mixés, les fibres sont moins agressives. On se fait des smoothies avec une base de fruits, et toujours des légumes verts !
  6. On évite les assiettes compliquées, avec des sauces à base d’huile, des tas d’oléagineux, des légumineuses germées, etc.
  7. On y va avec les dents ! On mâche, on mâche, et on remâche ! C’est dans la bouche que se prépare la première étape de digestion, avec arrivée des enzymes digestives dans la salive, alors quand on ne mâche pas, c’est le corps qui bosse d’arrache-pied pour tout décomposer, dommage, non ? Au début, j’ai même eu des “courbatures” des maxillaires, ouaip, j’assume… La nourriture cuite, c’est tout mou !
  8. Il y a des habitudes qui peuvent nous aider : graines de lin mixées ou psyllium pour une action  de balai intestinal douce, charbon pour les gaz, cure d’argile pour nettoyer, lavements pour rééduquer et nettoyer le colon, vinaigre de cidre pour les acidités d’estomac, etc.
  9. Et puis quand on est prêt, on vient à un atelier Les cRAWquantes pour apprendre la crusine saine, hihi XD

 

Au début, j’ai fait à peu près tous les faux pas. Des salades très compliquées, des mélanges de fruits et d’huile (miam’o fruit), beaucoup d’oléagineux car je suivais des recettes. J’ai eu pas mal de ballonnements, gaz, petits coups de fatigue digestive, etc. Donc comme toujours, je parle par expérience ! Quand je vous dis que tout ça n’est pas une fatalité, ma digestion est bien bien meilleure, je vous remercie 😉

 

Et vous, vous attendez quoi ? Ou racontez-moi comment s’est passé votre transition ? 😀

 


 

À VOS IDÉES !

J’ai plein de sujets pour les futurs bulletins, mais je voudrais vous parler aussi de choses qui vous touchent, qui vous intéressent personnellement ! S’il y a des sujets que vous souhaitez voir abordés, mettez-moi un petit mot en commentaire par ici ❤️

Voir aussi :

Summary
Manger cru, où quand les carottes nous râpent...
Article Name
Manger cru, où quand les carottes nous râpent...
Description
Des troubles digestifs en mangeant cru ? Comment les éviter pour entamer une bonne transition vers l'alimentation vivante, sans les erreurs du débutant !
Author
Publisher Name
Les cRAWquantes
Publisher Logo

Publié par

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.