Et si… faire cuire ses tomates pour avoir plus de lycopène était un mythe ?

mythe tomate lycopène
Mythe #1 “Les tomates au lycopène”

“En faisant cuire vos tomates, vous augmentez le taux de lycopène, un puissant antioxydant”.

 

Et si c’était n’importe quoi ? 🤪
Je vous présente un des poncifs les plus LOURDS qui vous est souvent présenté dans les arguments contre le fait de manger cru. Pour le premier bulletin, on va tapper fort !
Alors je vais vous le dire tout de suite : c’est vrai, il y a des aliments qui développent plus d’antioxydants quand ils sont soumis à … des stress ? La cuisson, la découpe et d’autres techniques peuvent faire augmenter le taux d’antioxydants de certains fruits et légumes.
MAIS ! Il y a un mais.

 


  1. D’abord, ça signifie que le légume et soumis à un stress oxydatif non naturel. Malgré nos tentatives désespérées, la cuisson n’est toujours pas un phénomène naturel, et nous n’avons pas assez “évolué” (involué ?) pour manger cuit ; mais ça, ça sera pour une autre fois. Donc, le légume, quand il fait ça, il se défend.
  2. Quand on mange beaucoup de légumes et de fruits crus, est-ce qu’on a vraiment besoin de cette mini-dose de lycopène en plus, sachant que notre copine la pastèque en contient beaucoup plus ? Ouh la la, bientôt, on va compter les calories et les micronutriments de nos assiettes. #AHzutonlefaitdéjà
  3. Ce qu’on vous ne dit pas, c’est qu’on ne regarde la tomate que par un petit bout de la lorgnette “les antioxydants”, et jamais l’entièreté du tableau. Mais il se passe d’autres choses quand on fait cuire un fruit, un légume, et ça on ne vous le dit pas. Disparition des enzymes (améliorent la digestion, entre autres), diminution ou disparition des vitamines (“ouais mais j’ai + de lycopène, nananère”), les minéraux qui deviennent non assimilables et forment des cristaux qui s’accumulent surtout dans les reins (“ouais, mais j’ai plus de lycopène…”), perte de l’eau par évaporation (vous avez soif après le repas ? CQFD.)… Alors t’as toujours plus de lycopène ?
  4. Autre point non négligeable, en cuisant, la tomate devient super acidifiante. La meilleure chose (ou la pire ?) que vous pourriez cuisiner ça serait des pâtes à la sauce tomate en boîte. Ou une pizza. Ou des lasagnes. Une combinaison alimentaire détonante. Explosive. L’acidité de la tomate empêche la digestion de nos sacrées pâtes. Tout ça, ça fait du gloubi-boulga dans le ventre. (voir fiche les combinaisons alimentaires sur le site)
  5. Une tarte tatin de tomate, ça vous dit ? C’est une recette de M. Maillard. Connaissez-vous ce cher monsieur ? Il a découvert que tout ce qui gratine, dore, saute, braise, grille, forme un composé amical que l’on appelle les acrylamides, juste un peu cancérigènes (humour, c’est très cancérigène). Et quand on sait que la réaction de Maillard génère des composés utilisés comme marqueurs pour le suivi des personnes diabétiques…

 

Bon finalement, les tomates, à la croque, c’est bien aussi.

Voir aussi :

Publié par

2 commentaires à propos de “Et si… faire cuire ses tomates pour avoir plus de lycopène était un mythe ?

  1. Les tomates cuites c’est tout mou en plus ! Bien meilleurs en salade ou à la croC ! Tout à fait d’accord 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.